LE PROJET L'ART AU SERVICE DE DIEU - saintlouismarie.fr

Aller au contenu

Menu principal :

Le projet de l'Association "l'Art au Service de Dieu" est simple et complexe à la fois car il s’inscrit dans une démarche spirituelle profondément chrétienne et catholique. Nous voulons apporter notre contribution au renouvellement de la Foi chez les chrétiens grâce à la très belle et forte personnalité de Saint Louis-Marie GRIGNION de MONTFORT et de sa sublime spiritualité mariale. Nous sommes catholique, nous voulons œuvrer dans et pour l’Église Catholique, loin de nous de dénigrer ou exclure les autres chrétiens qui n’ont pas la chance de l’être car pour nous, l’Église Catholique est l’Église que Jésus a fondée, n'en dé^laise aux esprits chagrin qui vivent dans une Eglise "supra-naturelle au-dessus de toutes les confessions". Nous sommes fiers d'être catholique et nous confessons et proclamons, une seule Eglise : Une, Sainte, Catholique et Apostolique car nous pensons qu'en Elle réside la "Plénitude de la Foi". Nous sommes fiers aussi de l'histoire du christianisme et particulièrement de la culture musicale qu'Elle a su accueillir et développer durant des siècles. Toute la culture musicale occidentale prend ses racines dans la musique sacré qui a donné les bases et la structure scientifique de la richesse extraordinaire de son élaboration. Cela commença par un chant "a capella" jusqu'au 9° siècle environ, avec des chœurs polyphonique, puis s'ajoute progressivement les instruments, surtout l'Orgue mais aussi d'autres instruments, cuivres et cordes etc... l'invention de l'écriture musicale avec le solfège a permis un consensus entre musiciens et l'harmonie va se mettre en place avec toute sa richesse qui va permettre de développer de gros ensembles capable de produire et faire jouer de grandes symphonies..... L'Art sacré et l'Art profane loin d'être des frères ennemis au contraire, contribuent chacun dans sa spécificité à la belle et grande culture chrétienne.
         
  Dieu a permis ce développement au sein du christianisme, par un acte providentiel capital. Au 8° siècle en 787 eu lieu le deuxième Concile de NICÉE pour trancher, enfin, en faveur de l’autorisation de la représentation, une certaine manifestation artistique dans la « chapelle ». Et fort heureusement l'autorisation fut donnée, ainsi au sein de l’Église catholique a pu se déployer l'Art sous toutes ses formes, mais bien sûr dans une intelligence et une expression profondément chrétienne. Pour moi, c’est le signe d’une grande Sagesse de la part de l’Église que d’avoir tenu tête à ces chrétiens qui détruisaient les icônes et toutes sculptures religieuse, que l'on a appelés iconoclastes car ils étaient persuadés que l'Art "distraie" les fidèles de la prière. Mais prenons garde de les dénigrer car leurs craintes, leurs remarques sont loin d’être dénués de sens. Quand on voit aujourd'hui, que l'Art sacré a été bafoué et jeté hors du sanctuaire et de voir tous ses "pseudos-artistes" envahirent l'espace sacré de la chapelle, on peut se questionner et se demander si les iconoclastes n'avaient pas si tord ou raison ? Oh, le sujet est si grave et profond, surtout polémique, mais je veux bien essayer d'en parler sur le BLOG LE PRECURSEUR.
    
  Il faut veiller que l'Art sacré reste dans un esprit de sobriété, tendu vers la prière, la louange et l’adoration due à Dieu Seul. L'Art "profane" est né de la sur-abondance de l’Art sacré, c’est pourquoi beaucoup de ses expressions sont compatibles dans « l’espace sacré » mais sa spécificité doit s'exécuter en dehors des offices religieux car son expression est orientée vers les gens, ad gentes, tandis que l’Art sacré est orienté vers Dieu en aidant l’homme à se rapprocher de Lui par la prière.
        
  Cependant travailler dans l’Église ne doit pas se faire comme dans le monde car le but n'est pas mercantile mais sacré ! Jouer pour le Seigneur, ne doit pas être accompli dans un esprit  du « showbizz », de la recherche du « veau d’or », d’une carrière fantasmée, de l’idolâtrie, du « culte de la personnalité » etc … mais dans un esprit profondément chrétien, au service de Dieu. L’Art chrétien ne peut et ne doit pas être promu par un esprit de production où la logique est le rendement à tout prix et au maximum. L’Association voudrait inculquer chez les artistes un esprit de service et devenir de véritable disciple de Jésus-Christ, devenir des « artisans de la Beauté » plutôt qu’artiste car aujourd’hui, ce terme est trop lié à l’esprit du « showbizz » contraire à l’Esprit de Dieu. C’est pourquoi, lesprit que l’Association Saint Louis-Marie voudrait inculquer chez les chrétiens est un esprit de mécénat profondément catholique qui sert Dieu en toute conformité avec la Sagesse évangélique. Nous voulons former des « artisans de la Beauté » afin que désengoncés de tous les mirages du showbizz, ils puissent être libre, de se former et créer des œuvres capables de susciter la Foi dans la grâce et la louange due à Dieu Seul. Nous voyons trop d’Associations catholique qui ont un but sacré mais qui ont des manières mondaines de porter leur projet, elles ont plus une mentalité idéologique qu’une vraie mystique chrétienne, ils ne véhiculent point l’odeur de la sainteté mais plus un humanisme mondain, neutralisant les vertus théologales, ce qui n’est pas conforme à l’esprit évangélique. C’est la raison pour laquelle l’Association Saint Louis-Marie voudrait ré-ajuster la notion du « mécénat » chez les catholiques car seul cet posture, cet esprit, est compatible avec l’esprit évangélique. Nous voulons rassembler des catholiques fervents et éveillés afin de créer une structure comme la « Fondation Saint Louis-Marie » pour créer une troupe « d’artisans de la Beauté » et se mettre au service de l’Église par leur charisme artistique. Le but est qu’un artisan de la beauté soit libre et concentré seulement sur le perfectionnement de son talent et le service qu’il peut donner à l’Église, de se vider des embûches du monde comme la mode ou la bigoterie, mettant Dieu en second plan. Bref, l’Association veut se mettre au Service du Seigneur particulièrement vers ceux qui ont le plus besoin. C’est pourquoi un artisan de la Beauté au nom de l’Association Saint Louis-Marie, ira le plus possible avec son instrument et son talent, participer à la louange du Seigneur durant les célébrations dominicale, particulièrement dans les paroisses où il n’y a pas de musicien.   Le but est que cette artisan soit rémunéré par l’Association, ainsi, il pourra facilement et librement proposer ses services, comme dans les maisons de retraite, les écoles etc.... Ce que l’Association veut est simple à comprendre : dans un esprit de mécénat, permettre aux artisans de la Beauté qu’elle prendra en charge, d'être libres de créer, de produire des concerts, monter des spectacles, des scènes contemplatives, libres de tous soucis mercantile ou toute esprit opportuniste et soumis à la mode...... Leur seul souci est de faire au maximum et le mieux possible afin que leurs œuvres soient belles et mettent en exergue la Beauté de l’Évangile.

 
DONC SEUL UN ESPRIT DE MÉCÈNE EST COMPATIBLE AVEC L’ART CHRÉTIEN !

 
 Écoutons notre pape Benoit XVI,  le 06 novembre 2010, durant son voyage en Espagne, s'exprimait ainsi : « ….Dans l’Église, depuis le début, même dans la grande modestie et la pauvreté de l'époque des persécutions, l'art, la peinture, l'expression du salut de Dieu dans les images du monde, le chant, et plus tard, les bâtiments, tout cela est constitutif de l'Église et le demeure à jamais. Ainsi, l'Église a été la mère des arts pendant des siècles et des siècles, le grand trésor de l'art, la musique, l'architecture, la peinture, est né de la foi dans l'Église. …nous devons tout faire afin qu'aujourd'hui encore, la foi s'exprime dans un art véritable ... ».

 Tout est ici bien dit, bien exprimé par Benoit XVI ! Les bons esprits se rassemblent car j’en arrive à la même définition de la chose artistique dans l’Église. « Nous devons tout faire » dit-il, eh bien, c’est notre « petit faire » que nous voulons apporter avec ce projet
« L’Art au service de Dieu ».

 Laissons les maisons de productions même catholique, car leur souci est d’abord mercantile ou/et idéologique, leur but est beau  mais ils n’ont pas les capacité réelles à s'ouvrir à cette perspective du mécénat. Elles sont incapables de produire un seul « artisan de la Beauté » car leur manière et leur idéologie ne sont pas évangéliques mais comerciales. Ils ne sont pas dans la grâce de la Foi : « Chercher d’abord le Royaume des Cieux et tout le reste vous sera donné par surcroît ! » nous dit Jésus. Alors soit nous y croyons, soit NON ! L’Association Saint Louis-Marie y croit ! Traitez nous de fous ! Nous vous répondrons : " Folie pour folie, nous préférons la notre, vous laissant dans la folie de votre trop sage assurante prudence, trop humaine tandis que nous choisissons la Sagesse de la Parole évangélique!"
   
 La divine Providence depuis les origines, a produit l’Art grâce à un esprit de mécène, à un esprit oblatif touné vers Dieu et non idolâtre, tourné trop exclusivement ou excéssivement vers l'homme ! L’esprit du mécène a le même but que l’artiste : créer du Beau surtout s’il est chrétien. Il ne tolère pas la grossièreté et la mièvrerie, l’amateurisme que l’on trouve trop souvent chez les « cabotins » et les esprits mercantiles. Si Dieu a produit le « Bel Art » grâce à cette esprit, c’est la preuve qu’il faut continuer dans ce même esprit.
    
 Alors il faut en tirer toutes les conclusions : où sont aujourd'hui nos mécènes, nos protecteurs ?.......  C'est aux Évêques qu'il incombe de trouver des mécènes et créer une structure capable de produire des "artisans de la Beauté" ou du moins nous soutenir dans ce beau projet. Ainsi l'Association Saint Louis-Marie se veut en dialogue avec eux, afin d'apporter une vraie réponse de la place de l'Art au sein de l’Église aujourd'hui.
 Ce projet, "l'Art au Service de Dieu" est simple : dans cet esprit, nous voulons réunir des catholiques conscients de la richesse inouïe que la "culture chrétienne" a produite durant des siècles, nous voulons réunir de bons musiciens, accomplis dans leur discipline. Nous recherchons particulièrement un guitariste classique, un organiste, un violoniste et un comédien afin de produire et créer toutes sortes de concerts et spectacles, scènes évangélique, en vue de l'Évangélisation. Prenons de la hauteur, si nous voulons de bons musiciens, pas forcément de grands virtuoses, c'est pour pouvoir puiser dans cette immense répertoire classique et créer des concerts de grande qualités.

  Nous sommes convaincus que la richesse artistique est une vraie valeur et non superflue, non facultative pour l’Évangélisation mais devient très pertinente dès lors qu'elle est bien employée. Lorsque nous parlons d’Évangélisation, nous avons conscience que celle-ci commence d'abords dans et au cœur de l’Église car pour aller aux "périphériques" selon l'expression de notre bon pape François et apporter la "Bonne Nouvelle", il faut d'abords être profondément ancré dans le Seigneur ..... Nous ne voulons pas céder à une certaine culture chrétienne de bas-étage qui à la longue nous indispose et s'oppose même à une vraie "épiphanie artistique". Refusons la mièvrerie et la médiocrité, la Sainte Vierge Marie et saint Joseph étaient pauvres, simples mais remplis de grâce, alors ne confondons pas simplicité avec médiocrité. Sainte Bernadette était simple mais loin d’être médiocre, saint Louis-Marie tout gueux qu’il était, mendiant son pain et son gîte, était loin d’être médiocre, Saint François d'Assise était pauvre mais qui oserait dire qu'il était misérable Saint Joseph-Benoit LABRE était un gueux, vagabon qu’il était,  mais vivait dans une plénitude de grâce permanente qui l'a conduit jusqu’aux Cieux ! La simplicité est signe d’une grande liberté et joie intérieure qui a su se débarrasser du superflue. Voilà ce que nos frères et sœurs catholiques, producteurs de toutes sortes, ne connaissent pas : ils n’approchent de Dieu que par le prisme mercantile, savoir si ce qu’ils font pour Lui, va d’abord remplir leur caisse. Point à la ligne ! Et si par miracle leur caisse se remplit, « oh combien Dieu est grand et répond à notre prière en remplissant nos caisses », voilà le signe suprême de leur bonne conscience ! Mais quelle bassesse !

 Concrètement, l'Association voudrait créer une fondation artistique : "Fondation Saint Louis-Marie" pour devenir "mécène" d'un tel projet. Je vous invite à prendre part avec nous afin de donner les moyens à ces "artisans de la Beauté" pour créer toutes sortes de spectacles beaux dont le seul but est d'honorer Dieu et son Peuple, dans la Louange et la charité fraternelle. Ce travail et cet apostolat ont un coût, nous l'avons estimé ainsi : devenir mécène de ce projet « L’Art au service de Dieu » à partir de 150€/an environ ou plus bien sûr. Ne soyons pas de ces chrétiens pieux et spirituels hétérés, mais ayons bien les pieds sur terre car tout travail mérite son salaire et tout projet a un coût, alors unissons-nous dans la charité fraternelle pour faire honneur à Jésus-Christ notre Seigneur !
          
 Pour en savoir plus nous vous invitons à lire ce petit document : "L'Art au Service de Dieu" en le téléchargant !
        
 Pour enraciner ce projet, nous voulons nous installer près de Lourdes et acquérir deux hectares de terrains à l'écart de grosses agglomérations afin de créer un lieu spirituel et de création artistique et communautaire. Nous voudrions créer une "fraternité de mécènes" pour entourer le mieux possibles les artistes que l'Association prendra en charge. Nous vous invitons aussi à venir dialoguer avec nous sur le BLOG de l'Association, LE PRÉCURSEUR.  

 
Voilà, il y aurait tant à dire, n'hésitez pas à prendre du temps sur notre Site afin de mieux nous connaître.


Fraternellement en Jésus par Marie !
   

Carlito, le gueux de Notre Dame                 



Retourner au contenu | Retourner au menu